Extrait #1

Mélange de feuilles putréfiées, de glands rongés, de mycéliums velus, de lichens et de mousse. Gamme des pourritures, fougères mortes, brindilles broyées, branches cassées, graminées, mauvaises herbes, lianes et épineux, baies moisies, germes morts-nés, graines. Bois spongieux habité de larves et de vers, écorces émiettées, imbibées d’une humidité constante, sous toutes les formes de l’eau, givre, gel, rosée, neige, brume, buée, brouillard, haleine de bêtes, urine, sperme, lymphe, sang, vapeurs croupies. Superposition de couches et de couches de saisons, de pluies, de lumières lourdes ou légères, de sels minéraux, d’évaporation, de chaleur et de froid, de ravages et de renaissances, de cendres. Nid grouillant de cadavres et de nouveaux-nés, de cycle de dévoration et de reproduction, de poils, de plumes, de peaux, d’os, de viandes, d’humus, de glaise, d’argile, de temps, de nuit, de ciel. Danse nuptiale des prédateurs et des proies, des instincts et des hormones, des nuits sans fond et des brouillons bouillonneux de la lumière, des vibrations du soleil et de la lune. Lit sans fond et archaïque, berceau et tombeau, déesse mère du vivant, crâne fendu d’où s’est extraite terrifiée la bête aux rêves nus qui ne sait pas qui croire. La forêt.

Thomas Vinau Le camp des autres – page 43 – Editions 10-18

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.